Page Joseph Chalory

Je n’ai jamais connu mon grand père paternel et pour cause. Lorsque qu’il a eu son premier et unique enfant, il était âgé de 63 ans, et venait de se marier avec Françoise Barbelenet, de 25 ans plus jeune que lui. Il a continué à enseigner à la Sorbonne après l’âge de la retraite, cette université prestigieuse ayant eu du mal à lui trouver un remplaçant. Une anecdote que mon père nous a rapporté à son sujet; un jour, un des élèves de la Sorbonne posait un problème à son professeur, car il arrivait à faire en 3 lignes une démonstration que le prof pourtant qualifié faisait en 5 lignes. Pendant l’interclasse, le professeur vexé alla se plaindre à mon grand père, qui se fit un plaisir de rédiger en 2 lignes cette démonstration mathématique, montrant ainsi à l’élève surdoué qu’il avait encore du chemin à faire.

Ses frères étaient tous professeurs de même niveau, dont un agrégé es lettres. Son père était comme lui agrégé de mathématiques. A l’occasion de son mariage, ce fut également la dernière fois que l’on fit sonner les cloches de ND de Paris avant la restauration de l’édifice qui commençait à  »branler du chef ». Joseph Chalory fut délégué avec plusieurs de ses amis, architectes et ingénieurs, afin d’évaluer si on pouvait faire carillonner les cloches une dernière fois sans risque.

Les cloches sonnèrent et les murs ne s’écroulèrent, le mariage se passa bien. Jusqu’au soir, où ma grand mère peu au courant des choses de la vie, grimpa sur une armoire pour tenter d’échapper aux assauts du vigoureux Joseph. On ignore comment se termina la nuit de noce, mais quelques années plus tard, naquit mon géniteur François Chalory.

 Mon propre père avait 40 ans quand je suis né, le décalage temporel est donc conséquent. le document ci dessous est celui de l’obtention de l’agrégation en 1894, bientôt 120 ans !

Lien ; http://www.inrp.fr/she/chervel_laureats1.htm

 Agrégation grand père Chalory

Les commentaires sont fermés.